Presse

15/12/2017

Diaspora News

L'Afrique veut prendre en charge sa sécurité

Du 13 au 14 novembre derniers, s’est tenu à Dakar le 4e Forum international sur la paix et la sécurité en Afrique. Conscients de leurs enjeux sur le développement en Afrique, les participants et les chefs d’états présents ont compris l’importance d’une réponse afro-africaine à la menace, notamment, en matière de terrorisme.

 

Mine de rien, Dakar est en train de devenir une place forte de la sécurité en Afrique. Et son Forum prend de plus en plus d’ampleur eu égard aux défis sécuritaires qui attendent le continent africain, mais aussi par la qualité des participants qui y ont effectué le déplacement. Durant deux jours, le Centre international de conférences Abdou Diouf (CICAD), a été le théâtre d’échanges qualifiés de fructueux…

FDD2017 – Diaspora News – L’Afrique veut prendre en charge sa sécurité

14/11/2017

France 24 - site web

Forum de Dakar : assurer un maintien de la sécurité africain

Lors du forum de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique, de nombreux dirigeants africains ont lancé un appel pour aider leurs pays à assurer leur propre sécurité.

À l’ouverture de la quatrième édition du Forum de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique, des chefs d’États africains ont appelé, lundi 14 novembre, à aider leurs États à assurer leur propre sécurité, y compris par une adaptation des interventions internationales aux réalités locales.

« La réponse militaire doit être solidaire et globale pour ne laisser aucun sanctuaire aux groupes terroristes », a notamment déclaré le président sénégalais Macky Sall, en présence de ses homologues rwandais Paul Kagame et malien Ibrahim Boubacar Keïta, et de la ministre française des Armées, Florence Parly.

« Le risque aujourd’hui, c’est de voir des terroristes vaincus ailleurs chercher des zones de repli en Afrique », a-t-il ajouté en référence notamment aux revers subis par l’organisation État islamique (EI) en Irak et en Syrie. « Il faut se garder des solutions toutes faites, conçues sans les Africains », a-t-il ajouté. « Les conséquences de ces interventions, nous les vivons au Sahel, sont souvent pires que le mal qu’elles étaient censées soigner », a-t-il précisé, faisant allusion à l’intervention occidentale en Libye en 2011…

http://www.france24.com/fr/20171114-forum-dakar-assurer-maintien-securite-africaine-sall-kagame-parly-g5-sahel

14/11/2017

Jeune Afrique - site web

Sénégal : Kagame et IBK à l’ouverture du Forum de Dakar sur la sécurité

La 4e édition du Forum international sur la paix et la sécurité en Afrique s’est ouverte ce lundi à Dakar. Les présidents rwandais, Paul Kagame, et malien, Ibrahim Boubacar Keïta, ont fait le déplacement.

Pendant deux jours, les grands enjeux sécuritaires africains seront au centre des discussions à Dakar. Les 13 et 14 novembre, la capitale sénégalaise accueille la 4e édition du Forum international sur la paix et la sécurité en Afrique. Cette année, près de 800 personnes – militaires, experts, diplomates… – participeront à ce qui s’est imposé, depuis 2013, comme l’un des rendez-vous majeur pour les questions de sécurité sur le continent.

Comme lors des trois précédentes éditions, Macky Sall a ouvert les travaux de ce Forum. « Les défis sécuritaires auxquels nous faisons face sont nombreux et complexes. Leur prise en charge nécessite donc des réponses diverses et complémentaires : évidemment avec une riposte militaire, mais celle-ci doit impérativement être accompagnée d’une réponse globale et solidaire pour ne laisser aucun sanctuaire aux groupes terroristes », a martelé le président sénégalais à la tribune du Centre International de Conférences Abdou Diouf (Cicad)….

http://www.jeuneafrique.com/492107/politique/senegal-kagame-et-ibk-a-louverture-du-forum-de-dakar-sur-la-securite/

13/11/2017

RFI - site web

La gestion des nouveaux défis sécuritaires africains au menu du Forum de Dakar

Ce lundi matin s’ouvre dans la capitale sénégalaise le Forum international de Dakar sur la Paix et la Sécurité en Afrique. Organisé par l’État sénégalais, en collaboration avec le ministère français de la Défense, cette rencontre informelle réunit depuis quatre ans des diplomates, des militaires et des civils (chercheurs, universitaires et experts), qui réfléchissent ensemble et à haute voix sur les enjeux sécuritaires africains. Impulsé par la France lors du Sommet de l’Élysée qui s’est tenu dans la foulée de l’intervention française au Mali (opération Serval), le Forum de Dakar s’est imposé en l’espace de quatre années comme un rendez-vous stratégique annuel incontournable, au même titre que le Forum européen de la Werkhunde de Munich ou le Dialogue de Shangri-la en Asie.

Selon les organisateurs de ce Forum de Dakar, son succès se mesure au nombre croissant des participants, qui étaient 300 la première année et près de 1 000 l’année dernière. Le succès se mesure aussi par la qualité des débats, notamment dans les ateliers thématiques où décideurs et experts confrontent leurs points de vue et leurs expériences sur la portée des menaces sécuritaires et leur gestion. Les idées qui surgissent lors de ces débats influent à terme sur les décisions prises par les États africains et leurs partenaires engagés dans l’endiguement des crises sécuritaires sur le continent…

http://www.rfi.fr/afrique/20171113-gestion-nouveaux-defis-securitaires-africains-menu-forum-dakar

16/11/2017

Le Soleil - site web

4ème Forum sur la paix et la sécurité : La Japon renouvelle son engagement pour la stabilité de l’Afrique

C’est le ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères du Japon, Masahisa Sato qui a représenté son gouvernement lors du 4ème Forum sur la paix et la sécurité en Afrique. Dans son intervention, le ministre a renouvelé l’engagement de son pays à soutenir le continent pour plus de stabilité. Le Japon est un des grands contributeurs pour la tenue du Forum avec une participation à hauteur de 650 millions de FCfa.

« Nous vivons dans un monde où un grand nombre de personnes, d’entreprises, de biens et de capitaux se déplacent par-delà les frontières, et nul ne peut rester indifférent à la paix et à la sécurité en Afrique », a déclaré le représentant du Japon. C’est pourquoi, a-t-il poursuivi, le Japon a toujours contribué à ce forum depuis sa première édition en 2014.
Il a exprimé ses sincères condoléances aux peuples du Burkina Faso et de la Somalie, suite aux récentes attaques survenues sur leur territoire.

Il a rappelé que lors de la 6ème Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (Ticad VI) à Nairobi, au Kenya l’an dernier, les chefs d’État et de gouvernement ont identifié comme l’une des priorités : « la promotion de la stabilité sociale pour une prospérité partagée ». « Nous devons construire une société résiliente et des institutions qui assurent la sécurité humaine et ne laissent aucune place aux conflits, au terrorisme et à l’extrémisme violent », a-t-il souligné avec force. Au Soudan du Sud, le Japon a envoyé, pendant plus de cinq ans, jusqu’en mai dernier, une unité d’ingénieurs de la Force d’auto défense auprès de la Mission des Nations unies au Soudan du Sud (Minuss), a dit le diplomate. Au large des côtes de la Somalie et du Golfe d’Aden, le Japon déploie, depuis 2009, des destroyers et des avions, pour des opérations anti-piraterie, a-t-il expliqué. Depuis 2013, a-t-il précisé, le Japon a apporté une assistance financière d’environ 1,4 milliard de dollars américains en total, pour contribuer à la stabilité sociale dans la région du Sahel…

http://www.lesoleil.sn/diaspora/item/72237-4eme-forum-sur-la-paix-et-la-securite-la-japon-renouvelle-son-engagement-pour-la-stabilite-de-l-afrique.html

14/11/2017

BBC Afrique - site web

Forum de Dakar : Macky Sall déclare la guerre aux terroristes

La quatrième édition du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique se tient depuis hier, au Centre international de conférence Abdou Diouf de Diamniadio (CICAD), en présence de trois chefs d’Etat africains.

Outre le président sénégalais Macky Sall, ses homologues du Rwanda Paul Kagamé et du Mali Ibrahima Boubacar Keïta prennent part à cette rencontre.

Le Premier ministre tchadien Albert Pahimi Padacké, la ministre française de la Défense, Florence Parly, le président de la Commission de l’Union africaine(UA), Moussa Faki Mahamat, entre autres, assistent aussi à ce forum.

Le forum est axé sur les « nouveaux enjeux stratégiques » du continent et autour du thème « Défis sécuritaires actuels en Afrique : pour des solutions intégrées ».

Dans son discours à l’ouverture de la quatrième édition du Forum de Dakar sur la paix et la sécurité, Macky Sall a déclaré la guerre aux terroristes : « Face aux nouvelles menaces, les missions classiques de maintien de la paix ne sont plus adaptées. C’est le cas notamment avec la MINUSMA au Mali, sans doute l’une des missions de paix les plus meurtrières pour les casques bleus ».

Dans la lutte contre le terrorisme, le président Sall a souligné que « l’échange de renseignement et sa coordination » sont indispensables…

http://www.bbc.com/afrique/region-41978786

16/11/2017

Diplomatie Française - site web

Paix et sécurité en Afrique - Participation de Jean-Yves Le Drian au forum international de Dakar (13-14 novembre 2017)

Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, à participé les 13 et 14 novembre au forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique. Ce forum réunit chaque année chefs d’Etat et ministres, ainsi que de nombreux acteurs publics et privés qui travaillent pour la paix et la sécurité du continent.

Jean-Yves Le Drian a rappelé l’engagement déterminé de la France pour la sécurité et la lutte contre le terrorisme en Afrique, en particulier dans le cadre du G5 Sahel.

Le ministre de l’Europe et des affaires étrangères est particulièrement attaché à la bonne tenue de ce forum, à l’animation duquel il a apporté une forte contribution personnelle depuis sa première édition en décembre 2014 à Dakar. Le président du Sénégal, Macky Sall, a décidé depuis lors de l’organiser annuellement. Sa quatrième édition a été cette année consacrée aux nouveaux enjeux stratégiques du continent (« Défis sécuritaires actuels en Afrique : pour des solutions intégrées »). Ces échanges ont permis de faire émerger de nouvelles approches sur les politiques de défense, de sécurité et de développement, et de renforcer le dialogue inter-africain et international sur les défis de l’Afrique.

https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/afrique/evenements/article/paix-et-securite-en-afrique-participation-de-jean-yves-le-drian-au-forum

15/11/2017

Africa24 - site web

4ème édition du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique

13/11/2017

ACP - site web

Le Maroc au 4ème forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique

Le Royaume du Maroc participe au quatrième Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique qui s’est ouvert lundi au Centre International de Conférences Abdou Diouf (CICAD) de Diamniadio, à plus au moins 30 km de la capitale sénégalaise, a indiqué une dépêche de l’Agence marocaine de presse reprise par FAAPA.  « Défis sécuritaires actuels en Afrique : pour des solutions intégrées », tel est le thème retenu pour cette édition qui va durer deux jours.

La MAP souligne que la rencontre mettra l’accent sur la nécessité d’approches intégrées, en favorisant les échanges, les partages d’expériences, les synergies, que ce soit aux niveaux national, sous-régional, régional avec l’Union africaine ou international avec l’Union européenne et les Nations unies…

13/11/2017

Le Point - site web

À Dakar, l'Afrique se penche sur sa sécurité

Décideurs et experts de la sécurité africaine sont réunis à Dakar, au Sénégal, pour échanger sur les défis sécuritaires actuels, le terrorisme islamiste en tête.

Le « terrorisme islamiste » est devenu le principal sujet qui alimente les débats, depuis les débuts du Forum international sur la paix et la sécurité en Afrique de Dakar. La question est d’autant plus urgente que la quatrième édition de ce forum d’experts et décideurs de la sécurité africaine s’ouvre dans un lourd contexte de conflits. L’Afrique connaît actuellement trois foyers du terrorisme : Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, l’Aqmi au Sahara et au Sahel et les milices shebabs en Somalie. En 2017, pas moins de seize groupes identifiés comme étant liés au terrorisme par le biais d’activités diverses tels que les traffics illicites, les réseaux criminels, ou encore la piraterie sont actifs sur le continent africain. La plupart de ces groupes sévissent au Sahel, dans le bassin du lac Tchad et dans la Corne de l’Afrique. Face à ses multiples défis, les États pris individuellement ont apporté très peu de réponses adéquates. D’où la volonté des organisateurs du forum d’ouvrir les échanges à une recherche de solutions collectives, impliquant les États, la sous-région, ou encore l’organisation panafricaine, de l’Union africaine...

http://afrique.lepoint.fr/actualites/a-dakar-l-afrique-se-penche-sur-sa-securite-13-11-2017-2171981_2365.php

14/11/2017

Le Soleil - site web

Panel de haut niveau au Forum sur la paix et la sécurité : Les participants insistent sur les urgences liées au financement

Au panel de haut niveau tenu lors de la première journée du 4ème Forum sur la paix et la sécurité, les chefs d’État et autres participants ont insisté sur l’importance du financement des opérations de sécurisation des États pour la lutte contre le terrorisme. Le président sénégalais, Macky Sall, a demandé aussi aux États africains de faire un effort pour mettre à niveau les armées africaines.

Le financement est une question importante dans la lutte contre l’insécurité, notamment le terrorisme. Les forces obscures ayant souvent accès à une grande manne financière illicite, les États africains doivent souvent trouver le financement pour repousser leurs assauts et rétablir la paix. Lors du panel de haut niveau tenu en marge de la première journée du Forum sur la paix et la sécurité, animé par les présidents sénégalais, malien et rwandais, les panélistes sont revenus sur les besoins en financement pour des armées aptes à faire face. Le président malien, Ibrahima Boubacar Keita, dont le pays souffre encore des méfaits du terrorisme, soutient qu’il ne s’agit pas de quémander de l’argent, mais c’est une question de solidarité pour sauver l’humanité. Le président malien a prévenu qu’il faut éviter que l’organisation de l’État islamique, qui est en train de perdre ville après ville au moyen orient, vienne envahir le Sahel. « Il faut qu’on soit prêt pour faire face », a martelé le président malien. Il regrette le fait que le G5 Sahel mis en place pour freiner le terrorisme dans la bande du Sahel peine à trouver le financement pour fonctionner correctement. Sur les besoins en financement de cette organisation estimés à 423 millions d’euros, Ibrahima Boubacar Keita constate qu’il n’y a que 110 millions de disponibles en plus d’une annonce de 60 millions de dollars faite par les États-Unis.
« On a des difficultés dans le financement, mais il faut savoir que ce dont il s’agit ce n’est pas seulement l’intérêt du Mali et du Sahel, mais de toute l’humanité », laisse entendre le président malien…

www.lesoleil.sn/2016-03-22-23-17-43/item/72166-panel-de-haut-niveau-au-forum-sur-la-paix-et-la-securite-les-participants-insistent-sur-les-urgences-liees-au-financement.html

15/11/2017

Rewmi - site web

Forum de Dakar sur la paix et la sécurité- le terrorisme, l’ennemi commun numéro un

La 4ème édition du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique, s’est ouverte hier. Les présidents rwandais, Paul Kagamé, et malien, Ibrahim Boubacar Keïta, ont fait le déplacement, à l’exception du président Togolais Faure Gnassingbé.

Cette année, la quatrième édition du Forum International de Dakar sur la Paix et la Sécurité en Afrique est consacrée aux « Défis sécuritaires actuels en Afrique : pour des solutions intégrées ». Durant deux jours, 800 personnes – militaires, experts, diplomates, militaires et des civils (chercheurs, universitaires et experts) – vont se pencher sur cette problématique de terrorisme. Selon les organisateurs, la situation sécuritaire en Afrique devient capitale avec la montée en puissance des groupes terroristes. L’Union africaine estime que la liste de groupes qualifiés de terroristes et opérant sur le sol du continent ne cesse de s’allonger. Environ seize groupes seraient actifs à nos jours. C’est pourquoi il a été question de sécurité intégrée, autrement dit des moyens de travailler ensemble pour lutter contre le terrorisme. Comme lors des trois précédentes éditions, Macky Sall a ouvert les travaux de ce Forum…

http://www.rewmi.com/forum-de-dakar-sur-la-paix-et-la-securite-le-terrorisme-lennemi-commun-numero-un.html

16/11/2017

Le Monde - site web

Paris et Dakar veulent créer une école pour former les Africains à la cybersécurité

Le Sénégal a accepté la proposition de la France d’ouvrir un centre consacré à la surveillance d’Internet et à la lutte contre le piratage informatique.

C’est l’annonce phare de la quatrième édition du Forum de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique. Ou, du moins, la plus concrète. Mardi 14 novembre, lors de son discours devant l’assemblée plénière composée de représentants militaires et politiques internationaux, Jean-Yves Le Drian, ministre français des affaires étrangères, a annoncé l’ouverture prochaine au Sénégal d’une école nationale de cybersécurité à vocation régionale.

« Il faut faire en sorte que la cybersécurité soit prise en compte par les autorités africaines, que cet enjeu soit parmi les priorités du futur, a soutenu le ministre durant son discours. C’est un espace sur lequel la souveraineté étatique doit pouvoir s’établir. » Le projet, dont l’annonce a été faite en parallèle aux discussions sur le renforcement de la nouvelle force conjointe du G5 Sahel, vise à développer, dans un avenir proche, les compétences des pays africains en matière de lutte contre la cybercriminalité et le cyberterrorisme, mais pas seulement…

www.lemonde.fr/afrique/article/2017/11/16/paris-et-dakar-veulent-creer-une-ecole-pour-former-les-africains-a-la-cybersecurite_5216061_3212.html